1. 1 Du micro à l'oreille

Le son rentre dans le micro ; les ondes font vibrer la membrane interne, qui transmet ses vibrations à un aimant ; celui ci transforme le son en ondes électriques, qui passent par le câble. Le câble rentre dans la table de mixage puis l'ampli, qui amplifie le signal ; il passe de mWatts en Watts  ; le signal continue sa course dans un câble électrique qui l'amène aux enceintes ; ce câble est plus gros, pour limiter la déperdition du signal électrique. Dans l'enceinte, le processus est inversé : sous l'effet de l'aimant, la bobine avance et recule, ce qui transmet les vibrations aux deux ou trois membranes de l'enceinte ( du haut parleur ), qui restitue un son analogique, que l'oreille peut entendre.

1.2 Haut parleur

Un haut-parleur est un transducteur qui convertit l'énergie électrique en énergie mécanique. Plus précisément, il transforme les variations d'un signal audio électrique en vibrations mécaniques d'une membrane. Cette membrane met en mouvement l'air environnant et génère ainsi des ondes acoustiques, variations de pression se propageant de proche en proche.

2. Numérisation et échantillonnage :

L'ordinateur découpe le son en tranches très fines : 44100 tranches par seconde ; ces tranches sont codées, en 16 bits ; les séries d'octets contiennent toutes les informations du son : timbre, hauteur, durée. Quand l'ordinateur prélève des échantillons, il prend la mesure du début de l'échantillon, puisqu'il ne peut pas interpréter la variation de l'onde.

3. La musique électronique utilise

des sons enregistrés et des sons issus de la synthèse sonore ( synthétiseur) ; c'est donc une musique de studio et une musique "concrète", faite en live. C'est pourquoi les allemands parlent de "live electronics". Elle mélange l'électronique et l'informatique. C'est à la fois une technique et un genre musical

4. Deux courants parallèles ont coexisté : en France, la musique concrète ( Pierre Schaeffer et Pierre Henry ) , en Allemagne, à Cologne, la musique électronique avec Stockhausen. Les français et les allemands ont une vision différente de la musique électronique: les premiers partent d'un son enregistré pour faire une musique, les seconds partent d'une idée abstraite en concert. Le GRM, groupe de recherches musicales, dirigé par Pierre Schaeffer, édite le "Traité des Objets musicaux" ; l'IRCAM, autre organisme de musique contemporaine, est dérigé par le grand chef d'orchestre Pierre Boulez. Plus tard, des compositeurs s'inspireront de l'analyse du son, et créeront la musique spectrale ( Grisey, Dalbavie). Tous ces musiciens sont aussi des scientifiques, des techniciens du son.

4. Les instruments remarquables :

4.1 Le theremin, inventé par le russe Thermen, n'a pas eu un franc succès, malgré l'intervention de Lénine.

4.2 Les ondes Martenot : Maurice Martenot s'inspire des sons de la radio pour créer cet instrument en 1935. Il peut être joué à l'aide du ruban, ou à l'aide du clavier ; il est monodique ; la main gauche travaille avec le boitier, pour modifier le son ( intensité, timbre..)

4.3 L'orgue électronique : inventé par Monsieur Hammond en 1935, il sera très utilisé, à la fois dans la musique de gospel, et dans la musique rock

4.4 L'ancêtre des séquenceurs s'appelle le mellotron ; l'appui sur une touche déclenche une bande enregistrée, d'une durée maximale de 17 s
4.5 Le vocoder modifie le timbre de la voix (Daft punk)
4.6 Inventé en 1967 Le synthétiseur Moog s'imposera rapidement ;. En 1980 les trois fabricants de synthétiseurs se mettront d'accord pour créer la norme MIDI, qui permet de faire communiquer des appareils entre eux, mais aussi, de reproduire un fichier midi identique d'un ordinateur à l'autre. Les sons MIDI sont numérotés de 0 à 127.

5. Les oeuvres remarquables:

5.1 RISSET : le son qui monte indéfiniment ; 4 sons superposés, auxquels on enlève progressivement les harmoniques, puis on rajoute un son faiblement.
5.2 La Messe pour le Temps Présent : écrite par Pierre Henry pour le chorégraphe Maurice Béjart, utilise des sons électroniques mélangés à des sons électriques et acoustiques. Elle contient le morceau Psyché Rock, utilisé dans "Futurama"
5.3 Poème électronique de VARESE : musique créée pour le Pavillon Philips, mêlant musique, sons, vidéos, et dédiée à la "fée électricité"
5.4 Miles Davis : Tutu. Le trompettiste de jazz reprend telles qu'elles les bandes préparées par Marcus Miller en MAO, fait ajouter quelques percussions, quelques thèmes de saxophone soprano et de clarinette basse, et pose ses improvisations de trompette dessus.
Orange Mécanique : Musique pour les funérailles de la Reine Mary. Ce morceau du compositeur baroque anglais Henry Purcell change de caractère par l'utilisation des sons électroniques. Le groupe Emerson Lake and Palmer a souvent réutilisé la musique classique, comme les "Tableaux d'une Exposition" de Moussorgsky.
5.5 Pink Floyd : Money : Le groupe Pink Floyd était à la pointe de la recherche musicale ; Money, un de leurs tubes, est basé sur l'utilisation de samples. Les Beatles aussi s'intéressaient aux nouvelles techniques ; le morceau "Revolution 9" repose sur le fait de passer la bande magnétique à l'envers.
5.6 Jean Michel Jarre : Oxygène 2

 

6. Aujourd'hui
Tous les morceaux de rap utilisent de la musique samplée.
Les instruments virtuels ont remplacé les sons MIDI, et donnent une apparence plus acoustique aux musiques.