LE JAZZ,quelques points d'histoire

1. Etymologie

Le mot apparaît pour la première fois dans la presse de New York en 1917 à l'occasion de la venue d'un orchestre blanc, l'Original Dixieland Jass (ou Jasz, ou Jaz, puis Jazz) Band.

Le jazz est une musique afro-américaine créée au début du siècle par les communautés noire et créole du sud des États-Unis, et basée pour une large part sur l'improvisation, un traitement original de la matière sonore et une mise en valeur spécifique du rythme (swing).

2. La musique des esclaves

Le Jazz est né dans le Sud des Etats Unis. Les esclaves noirs déportés d'Afrique avaient apporté avec eux un ensemble de traditions ancestrales où les danses et les chants, souvent incantatoires, jouaient un rôle important, célébrant les rites des tribus. Très rapidement, il n'en subsista que les chants d'amour, de travail, de peine et de funérailles. Peu à peu ces chants se mélangèrent aux chansons et aux cantiques religieux américains.

Le jazz est issu de ce folklore en deux étapes successives. La première se situe au moment de l'évangélisation des noirs par les missionnaires. Les esclaves, en effet, n'arrivaient pas à assimiler les cantiques, méthodistes pour la plupart, qui leur étaient enseignés. Ils en altéraient la mesure à quatre temps en y ajoutant la syncope qui venait en bouleverser l'accentuation. De même déformaient-ils la courbe mélodique de ces cantiques en la pliant à leur manière de chanter selon leur échelle modale - la gamme du blues. Ainsi sont nés les negro spirituals.

Une seconde étape coïncide avec l'émancipation des premiers Noirs libérés des villes qui font commerce de musique en créant des formations instrumentales pour jouer dans les fêtes publiques. Ce sont alors marches, polkas et valses, entre autres , qui subissent les mêmes déformations rythmiques et mélodiques. De cet amalgame folklorique déformé, naît un style qui va engedrer un nouvel art: celui du jazz, avec ses premiers blues et ses premiers ragtimes.


 

2. Les débuts du jazz

On s'accorde à reconnaître que le " berceau " du jazz fut la Nouvelle-Orléans. C'est là que se produisit, entre 1890 et 1910, une fusion entre trois courants musicaux jusqu'alors parallèles: lamusique populaire des Noirs (la musique religieuse, les chants de travail et surtout le blues), le ragtime et la version " blanche " européanisée, de la musique populaire afro-américaine (les chants des minstrel shows et la musique de vaudeville). La synthèse de ces trois courants n'aurait sans doute pas pu s'opérer sans la rencontre des musiciens noirs avec les musiciens " créoles de couleur ", c'est-à-dire des mulâtres d'expression française que le code législatif de Louisianeconsidérait comme des " nègres ". Plus instruits musicalement que les Noirs, les créoles de couleur assimilèrent vite ce qui faisait l'originalité de la musiquepopulaire négro-américaine (le travail vocalisé des timbres et des sons, l'importance de la percussion et l'adaptation des variations pentatoniques à la gamme occidentale traditionnelle). Cela explique que la plupart des " pionniers du jazz " furent des créoles de couleur, dont les plus connus sont Jelly Roll Morton et Sidney Bechet.


3. Le Jazz Nouvelle Orléans ( New Orleans)

Si le jazz vit le jour à la Nouvelle-Orléans et y fut popularisé par des musiciens plus ou moins légendaires comme Buddy Bolden c'est à Chicago qu'il s'épanouit vraiment. La fermeture, en 1917, du quartier réservé de " Storyville " provoqua un exode massif de musiciens vers Chicago, qui leur offrait de rentables possibilitésde travail. King Oliver s'y installe dès 1918 avec sa formation l'Original Creole Jazz Band (Louis Armstrong au cornet). C'est avec cet ensemble, que King Oliver enregistre en 1923 les morceaux les plus caractéristiques du style Nouvelle-Orléans, fondé principalement sur l'improvisation collective et la recherche d'une polyphonie spontanée. De son côté, en 1922, Jelly Roll Morton fonde les Red Hot Peppers, ensemble avec lequel il va créer de nombreux chefs-d'œuvre. En 1925, Louis Armstrong quitte l'orchestre de King Oliver pour diriger les premières sessions de son Hot-Five. Parallèlement à l'activité des musiciens noirs, de jeunes musiciens blancs tentent avec succès une adaptation originale du style Nouvelle-Orléans. Benny Goodman , ou le batteur Gene Krupa . sont de céèbres représentants du "style Chicago". Peu à peu, New York prend le relais de Chicago. Des pianistes de ragtime y développent des formes plus sophistiquées. Dès 1920, Fletcher Henderson y fonde son premier grand orchestre. C'est à New York également que Louis Armstrong s'impose comme la première " vedette du jazz ". Mais, dès 1929, le style et la conception orchestrale de la Nouvelle-Orléans ont vécu. King Oliver et Jelly Roll Morton cessent peu à peu leur activité. Louis Armstrong joue exclusivement avec des grands orchestres, parfois très commerciaux.


 

5. Description de la musique

Deux types de formations sont fréquentes dans la musique de jazz: soit quelques instruments ( ex: voix, trompette, clarinette,piano, batterie), soit un BIG BAND où les instruments sont réunis par sections: trompettes, trombones, saxophones ,batterie

On parle de section mélodique (pour la mélodie: trompette, clarinette, trombone) et de section rythmique( pour l'accompagnement: piano, batterie, contrebasse).

A l'écoute d'une pièce de jazz,on peut reconnaître:

- la mélodie ( un thème, des improvisations, les blue notes
- l'harmonie ; la grille de blues ( I IV et Vèmes degrés)
- l'accompagnement : en particulier la "walking bass" (contrebasse en pizz)
- les chorus ( improvisation d'un soliste pendant les "strophes")

 

WHAT ELSE ?

_ Django Reinhardt : Minor Swing ( film "Swing")
_ Stéphane Grapelli et Django Reinhardt : jazz manouche
_ Georgia on my mind de Ray Charles devient hymne de la Géorgie en 1979
_ Sydney Bechet clarinettiste a habité dans le Sud de la France
_ Louis Armstrong était surnommé "Satchmo" à cause de ses lèvres en "sacoche"
_ Michel Berger dédie sa chanson "Ella elle l'a" à Ella Fitzgerald
_ Sur le disque d'Or de la sonde Voyager 1, on trouve un enregistrement de "Melancholy Blues", interprété par Louis Armstrong et les Hot Seven.

Photos : Miles Davis - Bateau à roue à aube - Sydney Bechet- Cole Porter - Basin Street Orchestra - Golden Gate quartet - Ella Fitzgerald - Nicolas de Stael : les Musiciens ( hommage à Bechet)