Mots clés

accueil | photos 20M |

Les instruments présentés par le Michigan Takht Orchestra sont

 

Le oud ( luth)

Le Qânun 

Le violon 

la contrebasse

Le daf  (tambour)

Le riq ( tambourin à cymbalettes)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le violon a remplacé le kamtchatké vers le début du 20 ème siècle, car il est plus courant, et plus facile à jouer

 


Le oud est à l'origine du luth de la Renaissance ; sur une illustration des Cantigas on retrouve un joueur de oud et un joueur de luth ensemble. Le oud est très courant dans la musique arabe, comme la guitare en occident.

Le qânun est une cithare ; il se joue à deux mains complémentaires ; les doigts sont équipés de plectres, ce qui permet de pincer les cordes facilement

 

rappel : les deux mains pourraient joueur des choses différentes en même temps, ou jouer la même chose à deux hauteurs différentes


La musique arabe est toujours monodique, càd qu'on ne joue qu'une mélodie, qui n'est pas harmonisée, soutenue par d'autres notes.
Elle est aussi très ornée, c'est de la que vient le mot "arabesque"

Dans l'extrait, on entend bien les passages de  solos, et les passages de solos avec dialogues, ainsi que les passages en tutti.

 

A SAVOIR :

_ la musique arabe est MONODIQUE et MELODIQUE

_ elle s'appuie sur des gammes différentes de la musique occidentale, les maqâms ( ré mib fa# sol la sib do = maqâm HIJAZ)

_ la TESSITURE des instruments est celle de la voix humaine "confortable", ni très grave, ni très aigue

_ La SECTION RYTHMIQUE comprend le tambour ( Daf), le tambourin (Riq), la contrebasse

_ La SECTION MELODIQUE comprend les autres instruments : flûte ( nay) , qânun ( cithare), violon ...

_ On trouve des passages en SOLO, en DIALOGUE, à l'UNISSON

 


 

VIDEO DUDUK

Le duduk est une sorte de hautbois, joué en Arménie ; son anche double est taillée dans le bois de l'abricotier ; il existe des duduk de diverses longueurs, pour créer diverses ambiances de musiques

 

 

 

 

 


HISTOIRE :

Au 16 ème siècle, le roi François 1er fait alliance avec le sultan turc Soliman le Magnifique, pour être aussi fort que son rival Charles Quint. Il envoie des musiciens à Soliman le Magnifique, qui voient que les turcs utilisent des gammes "bizarres", et surtout des cymbales, et une grosse caisse. Sans la musique turque, le jazz n'aurait pas de grosse caisse ou de cymbales !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


http://newdiapasondeskikda.over-blog.fr/pages/S_Conference_preparee_et_presentee_par_Mouats_Hafid_de_Skikda_Algerie-9002336.html